X1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
X17
 
text

Derrida Hexadecimal

  • I
    Année d'intégration du réseau : 2020
  • R
    Domaines de recherche : Science du texte, critique génétique numérique, forensique

Le projet

L’Institut des Textes et Manuscrits Modernes (ITEM, UMR 8132), le LIP6 (UMR 7606) et le Loria (INRIA, Nancy) développent un programme d’exploitation des archives nativement numériques du philosophe Jacques Derrida déposées à l’Institut Mémoire de l’édition contemporaine (IMEC). Les archives que les écrivains confient aux bibliothèques sont de plus en plus constituées d’ordinateurs et de supports numériques. Préserver, décrire et exploiter ces nouvelles collections numériques constitue un enjeu majeur, tant pour les institutions de conservation que pour les chercheurs.

En utilisant les outils d’exploration développés par l’informatique forensique (computer forensics), et, plus généralement, l’IA, le projet « Derrida Hexadecimal » a pour objectif d’élaborer une codicologie du XXIe siècle adaptée aux traces nativement numériques stockées dans les supports numériques.

Il s’appuiera pour ce faire, sur le corpus des archives numériques (disquettes, Iomega Zip, Syquest, disques durs internes) de Jacques Derrida, exemplaire à bien des égards. D’une part, ce philosophe est un témoin privilégié de la mutation numérique qui se met en place à partir du milieu des années 1980, ce qui permet d’observer à l’état natif le bouleversement des pratiques d’écriture et la transformation des pratiques d’archivage induits par ce qu’il appelle les « machines à traitement de texte ».

D’autre part, par crainte d’une disparition accidentelle de données, il a multiplié les copies des textes à la rédaction desquels il travaillait. De ce fait, l’archive numérique contient une masse de dossiers et de fichiers portant le même nom mais n’ayant pas forcément le même contenu (et inversement). Cette redondance est disséminée aussi bien à l’intérieur d’un support donné (on trouve des sous-arborescences partiellement identiques en différents points de l’arborescence d’ensemble) qu’entre les différents supports.

Les archives Derrida qui nous ont été confiées dans le but de lancer une recherche inédite sur l’exploitation de traces nativement numériques pourraient avoir vocation à être éditées dans une perspective philologique ; de la même manière, la mise en ordre des différentes versions intéresserait la recherche en critique génétique. L’intérêt immédiat pour le DIM porte davantage sur la création d’une chaîne de production, d’extraction, d’exploitation des données ainsi que d’édition XML/TEI des fichiers extraits. C’est ce que nous nous proposons de donner en partage au réseau du DIM.

Les membres

Responsables scientifiques
Aurèle Crasson
ENS - CNRS, Institut des textes et manuscrits modernes UMR 8132
Jeremy Pedrazzy
ENS - CNRS, ITEM - UMR8132
Autres membres
Jean-Louis Lebrave
ENS - CNRS, ITEM - UMR8132
Jean-Gabriel Ganascia
Sorbonne Université - LIP6
Laurent Alonso
INRIA, Nancy
text
Tous droits réservés © DIM_STCN 2020
Conception graphique & développement : Julienne Richard & Simon Bouchard